Ecrans

Bataille entre partisans des box et des solutions OTT – La situation en France (Partie 1)

La distribution de la télévision dans les foyers est le théâtre d’une bataille entre les partisans des solutions avec box propriétaires et ceux des solutions sans box, en OTT. En France, Canal+, Orange et Molotov choisissent des solutions radicalement différentes (partie 1), alors qu’aux États-Unis les solutions OTT s’affrontent et que le britannique Sky mise sur une solution hybride (partie 2).*
1BoxNoBox107_OK.jpg

 

Qui des FAI ou des opérateurs OTT va remporter la bataille du contrôle du téléviseur dans les foyers ? Si on part de l’accès à Internet, il est évident que les FAI disposent d’un avantage considérable pour, en plus de l’accès à Internet, vendre des services à valeur ajoutée : TV, bouquets complémentaires, VOD, SVOD, Replay.

Mais une fois muni d’une connexion Internet rapide, la voie est libre pour que des acteurs d’un nouveau genre viennent profiter de la ligne pour proposer leurs propres services, la plupart du temps concurrents de ceux des FAI. Ce sont ces fameuses offres OTT qui se déploient indépendamment des FAI.

C’est un phénomène mondial qui a permis l’essor de nombreux services, dont Netflix et Hulu, mais aussi de toutes les offres OTT des chaînes de TV américaines (HBO, CBS, NBC), sans oublier les offres britanniques (Now TV avec Roku) ou françaises (myCanal, 6Play, myTF1, Molotov).

 

Le rêve d’un salon sans fil

Il faut bien l’avouer, notre rêve à tous, c’est d’avoir un salon débarrassé de toutes ces boîtes en plastique, au design souvent effrayant, qui s’empilent les unes sur les autres et reliées entre elles par des paquets de fils dont on ne sait même pas à quoi ils servent. Si on ajoute par ailleurs que de nombreux éditeurs de chaînes ou de plates-formes cherchent de plus en plus à s’autodistribuer, on peut légitimement penser que les box sont en train de vivre leurs dernières heures. Surtout depuis que les constructeurs de TV ont lancé, avec leurs SmartTV, des services interactifs et que de nombreux appareils viennent se connecter directement sur la TV en toute indépendance (Chromecast, Roku, Apple TV, Stick TV d’Orange, Box Videofutur entre autres).

 

En France, les box font la loi

En France, les box règnent sans partage ; 44,8 % de la réception des chaînes TV se fait via une box ADSL distribuée par l’un des quatre FAI nationaux (Orange, Free, BouyguesTelecom et SFR). Par ailleurs, 70 % des abonnements à une offre de télévision payante le sont via une box, soit plus de 12 millions de foyers. Ce qui laisse très peu de place aux offres OTT, Smart TV ou distribution directe via Internet.

Pour maintenir leur avantage concurrentiel, les FAI ont développé de nombreux services autour de la télévision et de la vidéo qui ont permis aux chaînes d’enrichir leur offre : Replay, StartOver, guide des programmes interactif, moteur de recherche, stockage, enregistrement. Avec le temps, les chaînes de télévision ont compris que les FAI étaient leurs alliés, jusqu’à un certain point : des chaînes comme TF1 et M6 voudraient en effet valoriser encore plus la distribution de leurs programmes via les FAI.

Récemment, BFM Business révélait que TF1 cherchait à vendre son signal 4K, son replay et ses fonctionnalités, sa VOD pour 100 millions d’euros par an. Car la distribution simple via la TNT ne suffit plus : avec des audiences Live en berne, une concurrence d’Internet toujours plus dure, les chaînes doivent impérativement renforcer leur distribution, soit en la valorisant mieux auprès des FAI, soit en cherchant de nouveaux débouchés en OTT. C’est la raison pour laquelle on voit se multiplier les initiatives.

 

Canal, sans box

Le groupe Canal+ est présent sur tous les fronts de la distribution : satellite avec CanalSat, distribution via les FAI, Box OTT avec le Cube S et maintenant en OTT et sans box avec le lancement de son offre « Box TV intégrée au téléviseur » avec Samsung Electronics France.

Son nouveau défi, lancer MyCanal sans box ni décodeur et permettre à tous les propriétaires de SmartTV Samsung de pouvoir s’abonner aux chaînes Canal directement sur la TV. Le principe est d’offrir à tous les détenteurs de Smart TV 2015 (80 % du parc) et à tous les acheteurs de TV Samsung de la gamme 2016 la possibilité de pouvoir s’abonner aux chaînes Canal et CanalSat ainsi que leur replay directement à partir de l’interface de la TV, comme le fait déjà Netflix avec certains constructeurs.

Le groupe Canal précise que les services à la demande : Canalplay et Canalplay VOD seront disponibles sur cette interface d’ici la fin de l’année. Pour s’abonner, Canal précise que les souscriptions peuvent se faire dans les points de vente ou directement via l’interface des SmartTV. Cette stratégie OTT préfigure sans doute la nouvelle offre tarifaire des chaînes Canal, sur le modèle de Sky en Grande-Bretagne qui commercialise via son offre OTT « Now TV » et la Box Roku, des packs thématiques, comme le Sport, Kids, Cinéma et Divertissement.

Mais Canal + ne vise pas que l’OTT. En annonçant le 25 juillet dernier un accord de distribution avec Orange, Canal+ vise maintenant le prometteur marché de la fibre. Le communiqué de presse est clair « Une offre fibre, à un prix exceptionnel, incluant des chaînes du bouquet Canalsat Panorama sera proposée aux abonnés d’Orange, d’ici à la fin de l’année. Elle offrira toute la puissance et la qualité du réseau très haut débit via la fibre d’Orange et des contenus exclusifs et originaux de Canalsat Panorama. »

 

Orange, cap sur la fibre avec une nouvelle LiveBox

Chez Orange, pas question de dématérialiser la box. Bien au contraire. Le FAI a lancé sa nouvelle box le 19 mai, en lui offrant un lifting complet. L’objectif du FAI est de partir à la conquête du prometteur marché de la fibre optique. La nouvelle LiveBox s’impose par son design imposant, composé de deux boîtiers (le routeur et la box TV) qui vont donc à l’encontre du concept du « sans box ». Et pour la rendre incontournable, à la manière du compteur électrique, Orange a décidé d’inclure l’ONT (le terminal optique) à l’intérieur de la box. De ce fait, tout abonné à la fibre Orange doit impérativement installer la nouvelle LiveBox.

Cette nouvelle LiveBox veut s’imposer comme le hub numérique du foyer, capable de connecter dix équipements du foyer, dont forcément des devices OTT qui profiteront de la puissance de la fibre pour distribuer leurs services. Le déploiement de la fibre dans les foyers nécessite donc la pose non pas de deux box, mais de trois. Et même si l’ONT est intégré dans le routeur, les FAI fibre ont tout intérêt à valoriser leur box TV puisque les débits permettent d’offrir de nouveaux services.

Mais Orange n’est pas tout seul sur le marché de la fibre. En particulier du côté des Réseaux d’initiative publique (RIP), des FAI indépendants déploient leurs propres box, qui agrègent des services identiques à ceux des opérateurs nationaux. Parmi les plus dynamiques, on trouve Wibox, NordNet, Coriolis, mais aussi Vidéofutur qui, forte de son expérience de la VOD et de l’OTT avec la box Netgem, a lancé à l’automne 2015 une offre fibre complète.

 

Statu Quo en France, mais pour combien de temps encore ?

Pour le moment, nous restons dans un statu quo qui convient à tous les acteurs du marché. Les terminaux indépendants du FAI, dits OTT, qui apparaissent sur le marché permettent à un abonné de pouvoir accéder à des services complémentaires de ceux proposés par son FAI et offre à ces nouveaux terminaux des débouchés sur la TV très prometteurs.

Par ailleurs, la complexité des exclusivités de certains bouquets de chaînes (le sport, par exemple) risque d’accélérer l’installation du nombre de box connectées aux téléviseurs. Ainsi un abonné à un FAI qui ne propose pas les chaînes de CanalSat ne pourra pas accéder aux chaînes Eurosport. Pour en profiter, il devra soit se procurer le Cube S, soit acquérir un nouveau téléviseur SmartTV de Samsung.

Ce n’est donc pas demain la veille que tous les services offerts par les FAI se feront sans box. Et même si l’initiative de Canal+ va dans le sens d’une simplification de l’accès à ses services, elle se limite à un seul constructeur. Il est même peu probable que les FAI décident d’intégrer leurs services TV directement dans les téléviseurs, au risque de perdre la main sur la relation initiale avec leurs clients.

Nous allons devoir vivre encore un bon moment avec des box de plus en plus performantes, indispensables pour recevoir la fibre et offrant néanmoins des possibilités de connexion aux nouveaux services et applications qui, eux, se déploieront en s’appuyant sur des débits toujours plus rapides. Une ère de cohabitation au service des plates-formes de vidéo, de replay, de VOD et de SVOD.

Ce n’est évidemment pas l’avis de Jean David Blanc, Pierre Lescure et Jean-Marc Denoual, les fondateurs de Molotov. Pour eux, l’avenir c’est la réception des chaînes en OTT. Toutes les études le disent, les « Millennials », ces jeunes nés après 1980, désertent massivement la télévision pour leur ordinateur et leur mobile. Molotov ambitionne donc de renouveler l’expérience TV dans un univers TV reconstitué : toutes les chaînes disponibles dans une seule application, la possibilité de passer du direct au replay et, cerise sur le gâteau, Molotov propose un révolutionnaire nPRV qui permet de bookmarker dans le Cloud ses programmes préférés : un service de replay à la demande offert dans sa version de base et commercialisé 3,99 € (100 heures de stockage) ou 9,99 € (70 chaînes en HD, 4 flux simultanés et 100 heures de stockage des bookmarks).

Pour rester fidèle à sa promesse de nous libérer du zapping classique sur les écrans TV, Molotov est disponible sur les ordinateurs, mais aussi sur les tablettes et les smartphones grâce à son application qui garantit une uniformité de l’expérience de navigation quel que soit le terminal. Molotov a même réservé une avant-première à l’Apple TV, avant d’être accessible sur les téléviseurs Samsung et LG.

 

 * Cet article est paru en intégralité pour la première fois dans Mediakwest #18, pp.74-76. Soyez parmi les premiers à lire nos articles en vous abonnant à notre magazine version papier ici 

La suite de cet article sera publiée Jeudi prochain…