Ecrans

L’UHD, une vague encore bien timide

Alors qu’en 2017, la vague de l’ultra haute définition a débuté avec la diffusion de compétitions sportives (Roland Garros) et l’adoption de ce format par la Xbox (Microsoft), 2018 a-t-elle vu le cinéma de patrimoine tirer son épingle du jeu ? Un espoir effleuré par l’UHD Partners France lors de sa conférence annuelle.
1_Demo SES - Canal 4K - Pict 2.jpg

 

Alors que les ventes de téléviseurs UHD 4K sont en pleine croissance (+33 % en 2018, selon Future Source Consulting), avec cinq millions de foyers équipés en France, et que d’ici à 2020, la moitié du parc de lecteurs Blu-ray devrait être converti à l’UHD, la question du contenu continue à se poser.

Trois ans après le lancement des premiers Blu-ray Ultra HD 4K et les équipements idoines, Laurent Villaume, président de l’association UHD Partners France s’est réjouit, lors de la conférence annuelle le 7 décembre dernier, de l’engouement du public pour les films de patrimoine, ces œuvres sorties en salle il y a plus de dix ans. En effet, le constat est sans appel : l’UHD est un bienfait pour les films rénovés, apportant une qualité proche de ce qu’a tourné en 35 mm le réalisateur, selon Pierre Boustouler, directeur commercial en charge du patrimoine d’Eclair.

 

Comme l’a souligné Victor Mastuda, président de la Blu-ray Disc Association, mais aussi vice-président de l’UHD Alliance, les cinéphiles souhaitant visionner leurs films préférés n’ont dorénavant que l’embarras du choix avec pas moins de 29 modèles de lecteurs Blu-ray UHD 4K disponibles sur le marché. Selon lui, les ventes de Blu-ray UHD sont en plein boom en 2018 (+60 % par rapport à 2017), atteignant 14,4 millions d’unités. Cela représente actuellement 7 % des ventes mondiales de Blu-ray. Selon les estimations de FutureSource, le poids des supports UHD devrait atteindre 28 % des Blu-ray vendus d’ici à 2022. En France, 248 films ont été édités en 4K en 2017.

Ce marché est surtout porté par les studios américains. Tous proposent dorénavant leurs nouveautés en UHD, et, bonne nouvelle, plongent dans leur catalogue. Ainsi, la 20th Century Fox ressort en avril prochain, 25 ans après sa première exploitation, La Liste de Schindler, en version restaurée, UHD 4K.

 

Pour les films français, la situation est moins simple, voire inquiétante. Le CNC, soutien indéfectible des ayants droit, en quête d’économies, devrait réduire ses aides et expérimenter un système s’appuyant sur le mécénat. Selon la CST, le risque serait de perdre une grande part du patrimoine cinématographique et de se limiter à 2 000 films en 4K.

N’est-on pas en passe de voir 80 % des films n’avoir de diffusion que dans le petit monde des cinémathèques, s’est interrogé son président, Angelo Cosimano, soulignant que les films restaurés et proposés en UHD 4K étaient toujours les mêmes, à l’instar de la trilogie Rambo (sortie chez Studiocanal le 14 novembre 2018) ou des Tontons flingueurs, la première sortie UHD 4K de Gaumont, parue en novembre 2017. Il a ainsi appelé les fabricants de TV à se regrouper pour apporter leurs soutiens à la restauration des œuvres. Sans contenu, les consommateurs n’auront en effet aucun intérêt à migrer de leurs matériels HD vers des équipements UHD.

Autre frein sur lequel sont revenus les représentants du groupe Canal+ : la capacité de livrer aux consommateurs un contenu en vrai UHD. Tous ont convenu que seule la fibre et le satellite offraient la qualité optimale de l’image.

 

Côté chaînes linéaires, Arte réalise régulièrement des expérimentations de diffusion live UHD et en HDR. Le 26 décembre dernier, Arte a ainsi proposé une diffusion du spectacle Kurios du Cirque du Soleil via Astra (Hot Bird), OTT et en HbbTV. D’ici à 2022, la chaîne souhaite moderniser son plateau technique et le basculer de la HD à l’UHD.

Sans conteste, le groupe audiovisuel le plus en pointe sur ces problématiques de diffusion UHD est Canal+. Avec un catalogue de 250 films en 4K pour sa branche vidéo et cinéma, Studiocanal s’interroge d’ailleurs sur la pertinence de tous les basculer en HDR. Côté broadcast, grâce à son partenariat avec Free, Canal+ dispose de 200 contenus en 4K (TVOD) et de 60 en HDR. Distribué via satellite et OTT, le 4K est pour la chaîne cryptée « une belle opportunité à ne surtout pas gâcher ».

 

 

Article paru pour la première fois dans Mediakwest #30, p.98. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.