Ecrans

À qui profite 
le Marché de la 4K ?

Alors que les rayons des magasins de téléviseurs se remplissent d’écrans Ultra Haute Définition 4K de plus en plus grands, le consommateur se demande toujours ce qu’il va pouvoir regarder sur son écran à la précision quatre fois supérieure à son ancien écran HD.
4KPROFIT.003.jpeg

 

 

La TV 4K ne reproduira pas
 les erreurs de la TV 3D


Comme souvent, les innovations technologiques sont poussées et promues par les industriels, sans que l’avis des consommateurs soit vraiment pris en considération. Après le fiasco des écrans 3D et le succès des TV connectées, les fabricants de téléviseurs ont compris que les attentes du public et des professionnels se situaient au niveau de la qualité des images et des fonctionnalités du téléviseur : le règne de l’ultra haute définition des images et du son allait pouvoir démarrer.

Alors que les écrans 4K commencent à se développer, que les technologies comme l’Oled ou le Qled commencent à faire rêver les consommateurs, on voit les premiers écrans 8K proposer des expériences visuelles sur des écrans géants absolument bluffantes. Ainsi, sur la période, 29 % des TV vendues dans le monde sont des appareils Ultra HD. Et pour les constructeurs, il est indéniablement plus intéressant de favoriser ces modèles. Ceux-ci pèsent en effet d’ores et déjà 48 % du marché en chiffre d’affaires en raison de leur prix supérieur. Selon IHS, il y avait 66 millions de TV 4K dans le monde et on en prévoit 335 millions en 2020.

Dans le même temps, toute la filière de production des images se modernise et réalise ses captations en 4K, qui offre une résolution quatre fois supérieure à la haute définition. Mais cela coûte cher et prend du temps. Acheter une TV 4K, oui, mais pour quels programmes en 4K ?

 

De la salle à la SVOD, la bataille de la 4K commence


La salle de cinéma offre actuellement le plus bel écrin pour une expérience 4K complète et intense, mais le public ne va pas au cinéma tous les jours et c’est chez lui qu’il est désormais en attente d’une véritable expérience 4K. Et, il faut bien l’avouer, vivre une expérience 4K actuellement dans son salon, ce n’est pas évident. Pour l’instant, que ce soit aux États-Unis ou en France, le meilleur moyen de visionner des programmes en 4K c’est le support physique. Le Digital Entertainment Group a comptabilisé huit millions de lecteurs de Blu-ray UHD 4K achetés pour visionner les quelque 267 titres disponibles dans ce format. Les ventes de Blu-ray 4K s’élèvent à 147 millions de dollars, en hausse de 187 % sur une année ; soit tout juste 3,5 % des ventes physiques. De son côté, GFK comptabilise 215 références 4K en France pour 200 000 unités vendues. Dans un contexte où le support physique perd du terrain chaque année, la 4K risque d’avoir du mal à s’imposer. Pourtant ses atouts sont nombreux : garantie de la qualité d’image et du son, pas de problème de débit lors du visionnage, mais prix élevé, le plus souvent entre 30 et 40 euros et avec un catalogue restreint.

C’est donc vers les émissions de TV que le téléspectateur va aller chercher son bonheur : hélas, il risque d’être déçu. Aucune chaîne de la TNT ne propose de programmes en 4K pour l’instant en diffusion directe. En s’abonnant à des chaînes payantes, comme Canal + ou OCS, il pourra accéder à des programmes en 4K, mais au prix d’un parcours complexe : en effet, ces chaînes proposent des programmes en 4K, mais uniquement dans certains cas comme par exemple l’Apple TV et sa nouvelle box pour Canal +. Dans ces conditions, il n’est pas simple de s’y retrouver et de pouvoir visionner facilement des films, documentaires ou séries en 4K.

 

Reste l’Internet ouvert, l’OTT (over the top), qui offre quelques pistes pour voir des programmes en 4K. Sans surprise, YouTube propose des programmes en 4K dans un univers dédié à l’Ultra Haute Définition. Le catalogue est encore restreint, mais permet de visionner des programmes qui exploitent la richesse des images en 4K. Une fois de plus, ce sont les plates-formes de vidéo à la demande qui s’en sortent le mieux en offrant des programmes en 4K, en particulier Netflix et Amazon qui proposent des films et séries en 4K.

Le rôle clé des opérateurs fibre et satellite La 4K, c’est ce qui se fait de mieux en matière d’image, mais elle est très exigeante. Pour profiter de la 4K il faut disposer d’une connexion Internet puissante, voire très puissante. Dans la plupart des cas, le simple ADSL ne suffit pas. Pas étonnant donc que ce soient les opérateurs télécom qui se soient positionnés les premiers sur la 4K. Les opérateurs satellite ont été les premiers à offrir des chaînes en 4K, sport et documentaires, mais sans voie de retour, ils sont dans l’incapacité de distribuer des offres à la demande dont le public raffole.

Ce sont donc les opérateurs télécom qui sont en position de force pour déployer des services 4K : chaînes live et services de vidéo à la demande. Pour les opérateurs, la première étape a consisté à mettre sur le marché des box 4K, puis à constituer des offres de programmes. Le premier à avoir constitué une offre 4K est Orange à travers un partenariat avec Netflix, puis ce fut le tour d’OCS Max qui diffuse certains programmes en 4K. Orange a également mis en ligne quelques films dans sa boutique VOD. Pour ne pas être en reste, SFR s’est aussi lancé dans une vaste campagne 4K : une chaîne SFR Sport 4K et des programmes dans son offre SVOD SFR Play. Mais le véritable moteur de la 4K, c’est la fibre optique qui permet de bénéficier de débits descendants jusqu’à 1Gb/s, un véritable eldorado pour visionner des programmes en 4K. Rien d’étonnant qu’un nouvel acteur du marché comme VidéoFutur se soit lancé sur le marché de la fibre sur les réseaux d’initiative publique avec une offre 4K. VidéoFutur s’appuie pour l’instant sur une offre délinéarisée avec YouTube 4K et sa plate-forme de vidéo à la demande qui propose un catalogue de films en 4K au prix de la HD.

 

Les grands rendez-vous 2018

2018 est donc l’année zéro de la 4K pour le grand public. Les privilégiés abonnés à des offres de fibre optique pouvaient d’ores et déjà visionner des programmes en 4K en VOD et en SVOD de plus en plus nombreux, le grand rendez-vous de l’année était sans conteste le Mondial de Football en Russie dont les 64 rencontres étaient captées en 4K/HDR (une première dans l’histoire de la coupe du Monde…). Le groupe qatari beIN Sports possèdant les droits des 64 rencontres a diffusé 56 d’entre-elles en 4K sur la France. Il fallait être être abonné Orange Fibre ou Canal pour pouvoir regarder ces images premiums ou bien posséder une Apple TV 4K et s’abonner à beIN Sports depuis l’application myCanal. Autre alternative: les passionnés de foot et d’UHD pouvaient se tourner vers TF1 4K et les FAI ( Orange avec son décodeur TV4, SFR et sa Box 4K, Bouygues avec sa Bbox Miami et Free  avec sa Box Mini 4K ) pour découvrir 26 matches dont seize rencontres de poules…

* À partir d’un article paru pour la première fois dans Mediakwest #26, p. 98-100Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.